Les sous sols insolites de Paris

Rez-de-chaussee.com ayant évidemment son agence en RDC, nous nous sommes intéressés à se qu’il y a sous nos pieds, et nous avons découvert que Paris cache de nombreux endroits plus insolites les uns que les autres. 

  • Le réservoir de Montsouris: connu aussi sous le nom de réservoir de la Vanne (car il stock  l’eau de la rivière de la Vanne, dans l’Aube),est l’un des 5 prinicpaux réservoirs d’eau de Paris. Il peut accueillir près de 300 000m3 d’eau. Il fut construit entre 1868 et 1873 pour alimenter en eau toute la partie sud de la ville. Aujourd’hui il est géré par la société des eaux, et il approvisionne encore 20% des Parisiens !

reservoir-montsouris

  • Un bunker sous les rails de Gare de l’Est: Situé plus précisément sous les rails des voies 3 et 4, ce bunker date de la seconde guerre mondiale, il servait à gérer le départ des trains et permettant d’assurer une communication secrète avec les autres gares de la ville. Malheureusement aujourd’hui il est très rare de pouvoir visiter ce bunker, car il est de la propriété de la SNCF.

bunker-gare-de-lest

  • Des stations de métro fantômes: A ce jour il y en aurait 14, leur fermeture on été décidé au début de la Seconde Guerre Mondiale, car une partie des citoyens étaient mobilisé, et donc on manquait de main d’oeuvre pour conduire les rames. Or cette situation étant provisoire, une partie des station restèrent à jamais fermé ( Arsenal, Porte des Lilas, Croix Rouge,…).

station-fantome

  • Les champignonnières:  il existe encore quelques champignonnières dans les environs de Paris. Cependant, on ne trouve plus aucune trace, intra-muros, de ces zones de culture que l’on trouvait  auparavant, par centaines, dans les catacombes des quartiers sud de la ville. Elles sont aujourd’hui utilisés pour la construction du métro.

champignoniere

  • Le réservoir de l’opéra: Sous la cage de scène de l’Opéra, un petit escalier mène à un étrange réservoir d’eau qui, depuis sa création en 1861. Sa construction servit à contenir les infiltrations souterraines et constitua ainsi un réel avantage pour le Palais Garnier. Le bassin est d’une qualité remarquable et constitue ainsi un repéré pour les poissons (carpes, barbots, perches, …) et  pour les sapeurs qui s’y entraînent régulièrement à la plongée.

reservoir-de-lopera

  • Le musée des égouts de Paris: Le réseau des égouts est rendu accessible aux visiteurs sur près de 2400km et permet d’en apprendre davantage sur la gestion des eaux usées et de mesurer ainsi l’importance des égouts dans la ville. Ce réseau est le plus vaste est moderne du monde !

egout-de-paris

  • L’abri l’homond: Juste en-dessous de l’immeuble du 70, rue Lhomond dans le 5ème, on apprend qu’un vide de carrières fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, utilisé comme abri de défense passive (refuge où s’abriter lors d’alertes aux bombardements.) Aménagé pour accueillir au maximum 1700 personnes, cet abri était accessible via 3 portes d’accès : un escalier principal et deux sorties de secours, indiqués par des inscriptions peintes en noir.

sans-titre

  • Les carrières des capucins: Juste au-dessous de l’hôpital Cochin, dans le 14ème arrondissement, se cachent d’anciennes carrières souterraines de calcaire, qui étaient exploitées entre le 12ème et le 17ème siècles. Aujourd’hui il est possible de les visiter par petits groupes (sur réservation) gérées par l’association SEADACC.

carrieres-capucines

  • Les catacombes : On ne dirait pas mais, Paris est posée sur près de 350km de galeries souterraines, c’est tout un monde qui se découvre à nous lorsque l’on visite les dénommées « catacombes » de Paris. Elles constituent une partie des anciennes carrières de pierre qui s’étendent sous la ville dès l’époque gallo-romaine. Une partie de ce gigantesque ossuaire se visite, tout près de Denfert-Rochereau, à 20 mètres environ sous la terre.

catacombes

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *